Economie

Clique mon commerce

Haute-Vienne
Rochechouart
Malgré les propositions du gouvernement, dans les petites communes, les commerçants et artisans choisissent parfois la simplicité et la solidarité. Exemple à Rochechouart.

Depuis le 10 novembre et avant la réouverture des petits commerces du 28 novembre, le gouvernement a proposé des solutions numériques labellisées et gratuites, en collaboration avec BPI France, la Banque des territoires, la CCI et la CMA, des solutions recensées sur clique-mon-commerce.gouv.fr. Ces initiatives ont pu s'accompagner d'un chèque numérique de 500 € destiné aux entreprises fermées et d'un soutien financier de 20 000 € aux communes souhaitant développer une plateforme d'e-commerce local.

À Rochechouart, les commandes par téléphone via les réseaux sociaux et le paiement en boutique semblent plus populaires que les plateformes d'e-commerce labellisées. C'est la solution choisie par le salon Espace coiffure au lendemain du confinement. En lançant un appel à soutenir les artisans coiffeurs par l'achat de produits de soins, Françoise et Natacha ont créé leur boutique en ligne sur Facebook. Une simple vitrine virtuelle qui ne permet pas le paiement à distance ni la livraison, mais qui vise à montrer " qu'on est là et qu'on en veut ". Car selon Françoise Normand, " nous sommes avant tout coiffeurs et on nous en demande énormément : entre la création de sites en ligne, la comptabilité et tout ce qu'il faut faire comme papiers pour avoir une malheureuse aide ".

Ne pas souscrire à une solution numérique, c'est le choix de la créatrice indépendante des Merveilles de Coco. Pour la commerçante, la priorité est de payer ses charges, son stock, et de minimiser les frais. Si bien qu'elle ne pourrait pas assurer le paiement d'un abonnement à une plateforme une fois la période gratuite expirée.

Entraide

À l'instar d'autres commerçants de Rochechouart, Ludivine du salon de beauté Instant pour Soi espère ne pas avoir à investir dans une solution numérique. " À la campagne où la clientèle est plutôt âgée, ce n'est pas les achats sur internet qui marchent le mieux, mais plutôt l'entraide et le bouche-à-oreille ", dit-elle.

Un élan soutenu par la boutique de produits fermiers et artisanaux locaux Dans l'même panier qui n'a pas eu à fermer. Par solidarité, Vincent a laissé des artisans y exposer leurs produits afin d'améliorer leur visibilité. Il n'hésite pas à relayer leurs publications sur les réseaux sociaux et a les accueillir sur son site de livraison. " C'est la solidarité entre commerçants qui nous fait tenir. On s'encourage et on se sent moins seuls ", commente la créatrice Coco, avant d'ajouter que " le click and collect est une solution qui manque de relationnel, alors que la convivialité est le propre du commerce de proximité ".

Pour ce deuxième confinement, l'office de tourisme de Porte Océane du Limousin a souhaité soutenir les petits commerçants de ses 13 communes en créant le groupe Facebook "POL consomme local" qui compte déjà plus de 350 membres.

Dans la même thématique

La Filière excellence et cuir en Nouvelle-Aquitaine se structure en Limousin et en Dordogne. Les acteurs se sont retrouvés le 15 octobre pour finaliser cette relocalisation.
Nouvelle Aquitaine
Le cuir, une richesse à exploiter
Si les horticulteurs, qui sont des agriculteurs, continuent le travail, les fleuristes eux se préparent à affronter pour la 2e fois un arrêt d'activité.
Haute-Vienne
Un reconfinement redouté