Economie

Le marché de Noël, coûte que coûte

Haute-Vienne
Claudette Barret, Jean-Pierre Gros et Sarah Gentil, marché de Noël à Limoges
C'est sur la place de la République de Limoges que le marché de Noël s'installe à partir de samedi. Il regroupe quelque 80 professionnels dans une configuration inhabituelle.

Masques couvrant la bouche et le nez, les badauds déambulent entre les chalets et les étals. De douces odeurs aiguisent les sens et il y en a pour tous les goûts. Par ici, ça sent le marron chaud, par là, ce sont les effluves de viande grillée qui ouvre l'appétit, des parfums sucrés font saliver les papilles... Du coup, après les narines, les yeux s'ouvrent en grand pour découvrir les matières transformées par des artisans de grand talent, c'est le cuir ici, le verre là, la porcelaine, bien sûr, et ces couteaux originaux qui étonnent. Les lumières clignotent et un grand sapin enchante les enfants. L'esprit de Noël est bien là.

Pourtant, il s'en est fallu de peu que ce marché de Noël de Limoges n'ait pas lieu. La faute à cette vilaine Covid-19 qui empoisonne nos vies depuis dix mois. Mais les bonnes volontés de la municipalité et des Chambres d'agriculture et des métiers se sont retroussé les manches pour que, dès ce samedi 12 décembre et jusqu'au 24 décembre, la place de la République soit investie par le marché de Noël.

Un soulagement

« On a réussi », lâche avec satisfaction Jean-Pierre Gros, président de la Chambre de métiers. Ce soulagement traduit la rapidité avec laquelle les choses ont dû s'orchestrer pour proposer une solution acceptable. C'est qu'il n'est pas simple de combiner les contraintes sanitaires et une dynamique commerciale. « Nous avons vécu une période compliquée où ce que nous avions prévu depuis de longs mois ne pouvait avoir lieu et il nous fallait trouver une solution quand même », reconnaît le président de la Chambre de métiers.

Un mois, c'est le temps qui restait aux organisateurs pour tout mettre en place et surtout trouver une alternative aux animations habituelles des fêtes. « Puisque les marchés de plein air restaient autorisés, nous nous sommes appuyés sur cette base pour proposer quelque chose sur la place de la République », révèle Sarah Gentil, adjointe à la mairie de Limoges. L'élue municipale rajoute que « nous avions les chalets vides, autant les utiliser pour ce marché de plein air ». Tout s'est ainsi mis en place, rapidement.

Les services techniques de la ville ont donc aménagé la place pour y recevoir les 46 chalets. S'y ajoutent des structures de type barnum pour accueillir d'autres artisans ou producteurs. En tout, ils seront quelque 80 à proposer leurs produits aux visiteurs que tous espèrent nombreux tout au long des 13 jours de marché. Il y aura là des producteurs, des artisans de bouche comme des pâtissiers ou des fromagers, ainsi que de nombreux artisans d'art pour lesquels une animation en centre-ville au moment des fêtes est indispensable à leur activité.

Dans la même thématique

L'atelier de Jean-Louis Puivif est installé sur les hauteurs de Burgnac, à quelques kilomètres de Limoges. L'artisan y crée des œuvres en porcelaine inspirées par la nature.
Haute-Vienne
L'homme des bois qui aimait la porcelaine
Les trois chambres consulaires et le Conseil départemental ont travaillé d'arrache-pied pour mettre en place une plateforme de commercialisation des produits haut-viennois.
Haute-Vienne
Un portail unique pour la Haute-Vienne