Santé

Une formation "Équi-librée"

Haute-Vienne
équilibre
Après deux ans de travail avec les partenaires, le CFPPA a pu ouvrir Équi-libre, une formation destinée aux personnes en rupture pour leur redonner le goût de vivre.

Quatorze semaines, du 19 octobre au 5 février, ont permis à une douzaine de femmes en situation de rupture avec la vie sociale et professionnelle de se relever. Toutes avaient répondu « oui » à une proposition que leur avait soumise leur prescripteur, dont Cap Emploi et le Plan local pour l'insertion et l'emploi (PLIE) de Limoges métropole. La formation s'est tenue sur le site du lycée agricole des Vaseix, à Verneuil-sur-Vienne, imaginée et organisée par l'équipe du CFPPA. Le 1er février, toutes étaient dans le manège du centre équestre, pour monter l'une après l'autre une ponette conduite par le responsable du centre. La formation semblait avoir porté ses fruits puisque ces femmes avaient finalement choisi de relever ce défi.

Quelles méthodes ?

L'isolement social et professionnel est un fléau. En complément des outils existants, destinés à favoriser l'insertion sociale et professionnelle, l'équipe du CFPPA a souhaité développer une formation complémentaire, innovante, qui s'appuie sur les richesses du site des Vaseix. L'objectif : s'intéresser à l'individu dans sa globalité et l'aiguiller en se servant de plusieurs outils, dont ceux disponibles sur le site, rappelle Annie Demay, chargée de ce projet au CFPPA.

Le centre équestre, la forêt domaniale des Vaseix mais aussi la roseraie, des locaux du pôle Économie sociale et familiale ainsi qu'un tiers-lieu ont servi de théâtre à l'accompagnement des douze participantes qui ont testé le dispositif.

Afin de fédérer le groupe doucement, sans contrainte, les animateurs du CFPPA impliqués dans ce dossier ont suivi trois phases : la "reconnexion aux sens", la "reconstruction personnelle" et la "reconstruction professionnelle". Sonia Babaudou a assuré l'animation du groupe autour de la reconnexion aux sens. Elle a choisi de scinder son action en 3 phases. D'abord la découverte, qu'elle a permise en allant, tout simplement, se balader dans la forêt, observer les couleurs, la hauteur des arbres, écouter le chant des oiseaux... Ensuite sont venues la connaissance et la reconnaissance des choses, avec des outils pour nourrir une curiosité qui pointait son nez. Elle a aussi associé un botaniste mycologue de Limoges pour faire une intervention sur les champignons ! Et enfin est arrivée la création, « un jalon dans la connaissance de soi ». « Faire ressortir ça chez l'autre est parfois très fort », note-t-elle. La reconstruction personnelle s'est appuyée sur différents ateliers, dont un dédié à l'alimentation. Nadine Nouhaud a travaillé avec les femmes du groupe sur l'équilibrage alimentaire, « d'abord en théorie puis grâce à des ateliers. Des leviers se sont opérés ; un retour aux cinq sens s'est fait et puis des demandes ont émergé jusqu'à ce que les femmes demandent à faire elles-mêmes », souligne-t-elle.

La reconstruction professionnelle a suivi avec des rencontres de personnes dont le parcours était parfois très atypique. Échanges, écoutes, émulsion de groupe... Au final, un travail collectif a été produit : il s'agissait de monter un projet en tenant compte de la notion de développement durable, une notion bien loin des premières préoccupations des participantes qui peu à peu ont pu l'intégrer...

Le 1er février, des représentants des organismes partenaires - État, Région, Limoges Métropole, Cap emploi - ont pris connaissance du déroulé de cette formation atypique et ont rencontré les femmes qui grâce à elle ont « retrouvé le goût de vivre ».

Dans la même thématique

Un groupe de sept volontaires découvre le quotidien du métier de sapeur-pompier au sein du Sdis 87. Une mission assurée dans le cadre de leur Service national universel (SNU).
Haute-Vienne
Le SNU, s'engager pour l'avenir
Si la découverte d'un cas de tuberculose bovine est un drame pour un éleveur, il faut remettre les choses en perspective : cette maladie est une zoonose et la tuberculose humaine tue.
France