Politique

La part belle à l'investissement

Haute-Vienne
Jean-Claude Leblois
Le Conseil départemental s'est réuni en session ce jeudi 4 février pour voter le budget primitif 2021 qui s'élève à 462,73 millions d'euros, en hausse de 2,5 %.

Près de 102 millions d'euros, en hausse de 5,6 %. Ces chiffres traduisent une volonté politique : « Nous voulons mettre tous les moyens possibles pour sauver l'emploi. » Jean-Claude Leblois justifie ainsi la part élevée de l'investissement dans le budget primitif 2021 du Conseil départemental de Haute-Vienne qu'il préside. L'assemblée départementale a eu à examiner et voter ce budget ce jeudi 4 février, à Limoges.

Globalement, ce budget primitif est de 462,73 millions d'euros, en hausse de 2,5 % par rapport à 2020. C'est évidemment l'investissement qui est mis en avant par l'exécutif départemental. « Ce budget a été élaboré dans le cadre du plan de relance, c'est un budget de combat », selon Jean-Claude Leblois. Pour augmenter le niveau d'investissement, le Département aura donc recours à l'emprunt, pour un montant de 55 millions. Ce qui se justifie pour le président du Département : « Nous sommes en pleine crise sanitaire qui se double d'une crise économique, et à la veille d'une crise sociale. nous devons tout faire pour maintenir l'activité. »

Ces investissements s'articulent, entre autres, autour du PRET (Plan de reprise économique des territoires) qui accompagne, dans le cadre du plan de relance national, les Communautés de communes. Ce plan, signé en janvier, court jusqu'en 2022 avec un objectif : au-delà des prochaines échéances électorales, montrer que les projets peuvent être lancés et seront accompagnés pendant deux ans.

Dans ce volet investissement, les 34 collèges départementaux bénéficient d'une enveloppe d'un peu plus de 9 millions. Une partie de ce montant sera allouée à la transition énergétique, par exemple pour lancer une étude de faisabilité sur une dizaine d'établissements.

Un budget départemental, c'est évidemment aussi une large part dédiée au fonctionnement. « Nos dépenses de fonctionnement sont maîtrisées, en hausse de 1,6 % », se félicite Jean-Claude Leblois. Ce qui n'empêche pas les inquiétudes. « Pour moi, la véritable préoccupation, c'est le RSA. » Ce dernier est en hausse de près de 11 %, à 68 millions d'euros. La Haute-Vienne compte quelque 22 000 bénéficiaires du RSA. Et, conclut Jean-Claude Leblois, « la crise est encore devant nous. »

Dans la même thématique

Les élus du 15 mars sont entrés en fonction. L'élection des maires s'est déroulée sans problème. Les nouveaux élus et les sortants sont maintenant et enfin à pied d'œuvre.
Haute-Vienne
Avec les élus du 15 mars
Le préfet a réuni les maires de la Haute-Vienne pour leur présenter ou leur rappeler le fonctionnement des services de l'État directement en lien avec leur mandat.
Haute-Vienne
Un maillon essentiel du territoire