Agriculture

Une surveillance optimisée des vêlages

Haute-Vienne
Alain et Florent Delassis
Avec des vêlages groupés en bâtiment de janvier à mars, les associés du Gaec Delassis, à La Roche-l'Abeille comptent sur les caméras et le Smartvel pour améliorer la surveillance.

"La conduite de la reproduction de nos 133 vaches mères permet d'avoir des vêlages groupés de janvier à mars en bâtiment", indique Florent Delassis, en Gaec avec ses parents Alain et Annie à Pleine-Meyze, sur la commune de La Roche-l'Abeille. Pour faciliter la surveillance jour et nuit des vaches prêtes à vêler, une caméra est installée depuis 2005 dans la première stabulation. Contents de cet investissement, les associés du Gaec ont opté pour équiper la deuxième stabulation, construite en 2015, après l'installation de Florent. "Les caméras apportent du confort. Elles nous sécurisent et nous servent aussi à repérer les chaleurs", note Florent Delassis.

Caméras et Smartvel

Afin de parfaire encore plus la surveillance des vêlages, les associés du Gaec ont finalement opté pour le Smartvel, un outil de monitoring. "On en avait parlé plusieurs fois avec Patrick Célerier, technicien à la CIAEL. On a aussi un voisin qui en a un. Et puis un jour, une vache a vêlé et elle a perdu son veau. C'est ce qui nous a décidés à nous équiper", poursuit-il.

L'équipement a été installé cet hiver et donne satisfaction aux éleveurs. « Nous posons les capteurs quand les vaches mettent du pis et qu'elles s'avancent. Elles sont installées dans des cases de vêlages, pour être plus tranquilles. Grâce aux caméras, la nuit, nous nous organisons pour assurer la surveillance à tour de rôle », indique Florent Delassis.

Du confort la nuit

Pour le moment, sur 60 vêlages, 40 ont eu lieu la nuit. Les associés du Gaec ont ainsi pu compter sur le Smartvel qui les a avertis par téléphone. Du coup, "la nuit, on allume la caméra, on vérifie et on intervient si besoin", note Florent Delassis. Si le vêlage tarde, le dispositif Smartvel rappelle deux heures après. Quoi qu'il en soit, la situation est sécurisée.

"Nous conseillons aux éleveurs de laisser le capteur quelques heures après le vêlage car il avertit s'il y a un problème de matrice, ajoute Patrick Célerier. Cet outil de monitoring permet d'améliorer à la fois le confort des animaux et les résultats."

Florent et Alain Delassis sont quant à eux unanimes : ils ne regrettent pas du tout d'avoir franchi le pas.

Dans la même thématique

La coopérative Saveurs fermières a intégré en septembre trois nouveaux adhérents : des maraîchers qui trouvent au magasin un nouveau débouché pour leurs productions.
Haute-Vienne
Des légumes qui répondent à un besoin
En 2021, les membres de la Chambre régionale d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine comptent poursuivre leur projet et surtout avancer sur le sujet du revenu des agriculteurs.
Nouvelle Aquitaine
Aller plus loin sur le local