Economie

De l'étable à la table et ses arts

Haute-Vienne
Toques et porcelaine, National Limousin
La 9e édition de Toques et porcelaines et le Concours national Limousin se dérouleront le même week-end, du 17 au 19 septembre, faisant de Limoges la capitale de savoir-faire ancestraux.

Comme une évidence. Qu'est-ce qui fait résonner Limoges et le Limousin à l'extérieur des frontières ? Au-delà de la Haute-Vienne, voire de la France ? La limousine, vache emblématique présente dans plus de 80 pays, et la porcelaine qu'artisans et industriels vendent aux quatre coins du monde. Du coup, quand les circonstances le permettent, il devient évident qu'associer ces deux ambassadeurs limousins ne peut que susciter plaisir et envie. Surtout au cœur d'une ville comme Limoges. C'est bien ce qu'ont résumé les organisateurs des deux manifestations qui seront associées les 17, 18 et 19 septembre, Toques et Porcelaine d'un côté et le Concours national limousin de l'autre.

« Promouvoir et défendre nos savoir-faire, qu'il s'agisse des arts porcelainiers, de notre cuisine ou de notre viande », s'enthousiasme Émile Roger Lombertie. Le maire de Limoges insiste, notamment en s'adressant à Jean-Marc Alibert, le président de France Limousine Sélection (FLS) : « Soyez fiers de ce que vous faites comme nous sommes fiers de notre histoire. » L'histoire est d'ailleurs un joli clin d'œil à l'association en ville de Toques et Porcelaine et du concours Limousin. En effet, dans les archives de la ville, on trouve la trace du premier concours d'ampleur de la race en 1886, l'année où le Herd-book limousin est créé. C'est dire si la limousine est liée à Limoges.

Parcours gourmand

Mais s'il s'agit bien de cultiver ses racines, aucune de ces deux manifestations n'est tournée vers le passé. Au contraire. L'une comme l'autre entendent promouvoir et transmettre un savoir-faire, en particulier auprès des plus jeunes. Des lycées hôteliers d'un côté, des lycées agricoles de l'autre, par exemple, participeront à ce week-end de septembre. « Les échanges avec les jeunes pour expliquer nos métiers sont importants parce que la pédagogie est essentielle », précise Jean-Marc Alibert.

Toques et Porcelaine se veut « un véritable parcours gourmand en centre-ville » selon la définition de l'adjointe au maire Isabelle Debourg. Cette dernière rappelle que la précédente édition de cette biennale, en 2019, « a attiré près de 50 000 visiteurs ». Durant trois jours, ces derniers auront donc l'occasion de découvrir des porcelainiers, artisans ou industriels, qui mettront à l'honneur les arts de la table. Si les assiettes sont belles, encore faut-il qu'elles soient bien remplies. De place en place, des démonstrations culinaires, un marché de producteurs et des repas organisés par la ville, notamment un déjeuner proposé par des chefs locaux le samedi et un brunch gourmand le dimanche, auront de quoi stimuler les papilles.

À l'occasion de la présentation de ce week-end du 17 au 19 septembre, Jean-Marc Alibert a dévoilé l'affiche du Concours national limousin. « Pour nous, éleveurs, il y a un futur et c'est ce que nous avons voulu montrer avec les visages d'un fils, d'un père et d'un taureau tournés vers l'avenir », souligne le président de FLS. Le concours se déroulera sur le Champ de juillet et devrait rassembler quelque 500 animaux, soit plus de 150 élevages venant de toute la France. Un beau rendez-vous en perspective.

Dans la même thématique

Le GLBV est un acteur essentiel de la viande bovine en Haute-Vienne. Son président Jean-Pierre Bonnet dessine l'état actuel de ce secteur en souffrance, surtout du côté des éleveurs.
Haute-Vienne
Structurer la filière viande
Si les horticulteurs, qui sont des agriculteurs, continuent le travail, les fleuristes eux se préparent à affronter pour la 2e fois un arrêt d'activité.
Haute-Vienne
Un reconfinement redouté