Economie

La relance est aussi agricole

Haute-Vienne

Pour profiter du plan de relance en agriculture, il vaut mieux être rapide. En tout cas, pour certaines aides. Le mieux est de se rendre régulièrement sur le site de la Draaf Nouvelle-Aquitaine où les appels à projets sont mis à jour dès leur parution. C'est aussi le bon moyen de voir ce qui ressort du niveau national et ce qui est de la Région. Ainsi, cette semaine s'est ouvert un nouvel appel à projets dans le cadre du PCAE Nouvelle-Aquitaine (Plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations agricoles) consacré à l'élevage et à la biosécurité. « Il s'agit d'un cofinancement avec le plan de relance mais c'est la Région qui est autorité de gestion, en accord avec l'Union européenne puisque ces projets bénéficieront également de fonds Feader », précise la directrice adjointe de la DDT, Lydie Laurent. Tous les types d'élevage sont concernés et la priorité est donnée à la biosécurité afin de lutter contre des maladies comme la tuberculose bovine, la peste porcine, etc.

Un autre appel à projets va ouvrir dans le courant du mois d'avril, celui dédié à la plantation de haies. Un premier volet concernait l'animation autour des haies et celui-là sera clos le 7 avril. Le second s'ouvrira pour la plantation de haies dans les exploitations agricoles. Sont concernés les agriculteurs, les lycées agricoles ou encore des groupements agricoles tels que les GIEE, les Cuma... Le dispositif est national (100 % France relance) et le budget alloué à la Nouvelle-Aquitaine est de 7 millions d'euros. Là aussi, c'est sur le site de la Draaf que les personnes intéressées trouveront les informations.

« L'appel à projets d'aide aux investissements de protection face aux aléas climatiques est toujours ouvert et, pour l'instant en Haute-Vienne, entre dix et quinze dossiers ont déjà été déposés », relève Lydie Laurent. Ce sont surtout l'arboriculture et la viticulture qui sont concernées. Dans le département, cela peut toucher la pomiculture ou les châtaigneraies, à protéger de la grêle, voire de la sécheresse grâce à des petits équipements d'irrigation.

En marge de ces appels à projets strictement agricoles, on peut aussi citer ceux consacrés à la modernisation des abattoirs. Trois dossiers ont été déposés en Haute-Vienne pour les abattoirs de Meuzac, Limoges Métropole et Bessines-sur-Gartempe ; les deux premiers sont en cours d'instruction quand le dernier a été retenu. En matière d'alimentation, trois dossiers ont été déposés pour l'appel à Projets alimentaires territoriaux (PAT) pour le Parc naturel régional Périgord-Limousin, Limoges Métropole et le Pays Haut-Limousin en Marche. Les cantines scolaires des petites communes peuvent également profiter d'une aide spécifique pour s'équiper afin « de pouvoir refaire de la cuisine avec des produits locaux dans ces cantines, » spécifie Lydie Laurent.

Dans la même thématique

Le préfet de Haute-Vienne s'attache à la promotion du plan de relance. Cette fois, invité par le Club de la presse du Limousin, il était accompagné de chefs d'entreprise.
Haute-Vienne
Le plan de relance, c'est du concret
La DDT est sur le pont pour assurer des versements dans les temps.
Haute-Vienne