Agriculture

Nommer

Haute-Vienne
Lionel Robin

Eh bien voilà ! Nous sommes dans notre troisième confinement en un an. Enfin, confinement ou pas confinement ? C'est une drôle de manie qu'ont certains de ne pas nommer les choses pour qu'elles n'aient pas l'air d'être ce qu'elles sont en réalité. Quand on détecte un cancer chez un patient, même si cette personne refuse d'appeler cette maladie par le terme "cancer", préférant "longue maladie" ou toute autre expression, elle est malade... Un confinement est un confinement, il est plus ou moins lâche, adapté selon les volontés des gouvernants à la situation, mais ça reste un confinement. La définition de ce mot est très claire : être à l'isolement, le fait d'être enfermé dans des limites étroites, interdiction faite à un malade de sortir de sa chambre... Isoler, enfermer, interdire, c'est sûr que ça ne fait pas rêver. Sauf que pour le premier confinement, l'an dernier, le ministre de l'Intérieur de l'époque n'avait pas hésité à utiliser ce terme puisque nous étions en « guerre ». Mais cette guerre-là n'est pas encore gagnée, elle dure et fatigue tout le monde, elle coûte à chacun d'entre nous. Du coup, nos gouvernants tentent de trouver des parades pour nous faire avaler la pilule, si amère soit-elle. On freine, on limite, on restreint... Mais on ne confine pas. En bref, on n'utilise pas le mot de "confinement". Ce qui ne change rien à la situation : nous sommes bel et bien entrés depuis ce week-end de Pâques dans notre troisième confinement en un an. Et ça veut bien dire que nos libertés d'aller et venir, de nous rassembler, de nous distraire sont extrêmement limitées. Pour la bonne cause, d'accord, pour enrayer cette foutue pandémie qui nous empoisonne la vie, d'accord. Mais l'acceptabilité qui inquiète tant nos dirigeants passe par le choix de mots simples et clairs qui signifient pleinement ce qu'ils veulent dire. Et uniquement ce qu'ils veulent dire.

Dans la même thématique

Le président du comité départemental Haute-Vienne de la MSA du Limousin, Patrick Bourrat, revient sur 2020, une année élective largement perturbée par la Covid-19.
Haute-Vienne
Une si longue année