Economie

Du steak haché dans l'assiette du 87

Haute-Vienne
Légende
Une trentaine de membres de l'association Le 87 dans l'assiette se sont retrouvés à Nedde, au Gaec de Vervialle, pour évoquer l'actualité de la marque, notamment le steak haché.

L'enfant rigole en dessinant une bouche et deux yeux avec son tube de ketchup sur son steak haché. Sa mère sourit, autant pour les facéties de son gamin que pour la satisfaction de lui donner une viande dont elle connaît la provenance : la Haute-Vienne. Elle en est sûre parce que, quand elle fait ses courses à la petite surface du coin, elle cherche l'étiquette "Le 87 dans l'assiette". Même si ce n'est pas tout à fait encore la réalité, trouver du steak estampillé 87 dans les GMS est en bonne voie. C'est ce qu'ont annoncé les responsables de l'association Le 87 dans l'assiette, jeudi 17 juin, à Nedde, lors d'une réunion à laquelle participait une trentaine d'agriculteurs.

« Tous les feux sont au vert », se réjouit Marc Bourry, trésorier de l'association. Avec le président Matthieu Anoman, ils ont expliqué où en étaient les démarches menées auprès des GMS pour mettre en place ce produit. « Il y a une vraie attente de steak haché dans la distribution », ont-ils révélé. Les magasins avec lesquels l'association travaille seraient prêts à faire de la place pour ce steak, y compris de manière spécifique.

Les éleveurs de bovins de l'association seraient donc en capacité à répondre à cette demande. Mais en s'efforçant de conserver les axes de stratégies du 87 dans l'assiette. « Nous restons sur notre choix de vendre des carcasses entières », martèle Marc Bourry. Le trésorier poursuit : « Notre schéma nous permet d'être plus compétitifs sur les beaux morceaux, du coup, notre haché serait mieux valorisé. » Ce qui est bien le but de l'association de permettre aux éleveurs adhérents d'obtenir une meilleure plus-value. « Nous serons placés dans le haut de gamme mais concurrentiel par rapport à d'autres marques », précise le président Matthieu Anoman.

Cheveux d'ange

Fort de ces négociations déjà bien avancées, les membres de l'association ont développé un fourreau à ce steak haché façon bouchère. L'idée est de permettre d'identifier rapidement la marque Le 87 dans l'assiette et de donner à voir les deux steaks. Dans le même temps, un nouveau produit devrait être rapidement proposé, il s'agit d'une barquette "cheveux d'ange" de 350 g. Là aussi, le but est de répondre à la demande de la distribution.

Alors qu'ils n'avaient pas pu se voir de manière conviviale depuis longtemps à cause de la Covid-19, les participants se sont réjouis de se retrouver. Surtout, ils ont pu se satisfaire d'être des précurseurs. Comme l'a rappelé Matthieu Anoman : « Dans le cadre de la loi EGAlim, les GMS veulent des contrats et ça correspond bien à ce que nous leur proposons avec notre marque. Nous avons un temps d'avance, il va falloir le conserver. »

Dans la même thématique

Lors d'une conférence de presse le 27 avril, organisée en visioconférence, les responsables de Groupama Centre-Atlantique ont dressé un bilan plutôt favorable de l'exercice écoulé.
Nouvelle Aquitaine
Bonne activité malgré tout
Le préfet de la Haute-Vienne continue de promouvoir le plan France Relance. Il a visité mardi 27 avril plusieurs structures ayant bénéficié de ce plan, dont l'abattoir La Meuzacoise.
Haute-Vienne
Petit abattoir devenu grand