Agriculture

Une baisse de rendements attendue

Nouvelle Aquitaine
seigle hybride.
Les mauvaises conditions de semis de l'automne dernier se répercutent aujourd'hui. En céréales et colza, les volumes ne sont pas au rendez-vous.

La campagne céréales et colza ne s'annonce pas très bonne. Jean-Michel Delavergne, responsable de ce dossier à Océalia, explique : "La collecte a déjà bien avancé. Celle des orges d'hiver est presque terminée et celle du blé tendre est réalisée à 50 % sur l'ensemble de la zone d'Océalia. En orge, les rendements sont décevants, les volumes sont faibles, mais la qualité est correcte. En blé, les rendements sont très hétérogènes mais restent en moyennes faibles en volumes. La qualité est satisfaisante avec une bonne teneur en protéines (11 à 12 %)", explique-t-il. Le blé dur suit les mêmes tendances. Seules les orges de printemps semblent présenter des rendements corrects auxquels s'ajoute une bonne qualité. Compte tenu de cette situation, "dans la zone d'élevage de la coopérative, nous avons du mal à appréhender la partie qui sera conservée par les éleveurs ; il est donc difficile d'estimer la hauteur de la collecte réalisée par la coopérative", ajoute Jean-Michel Delavergne. Il semble plus que probable qu'elle soit très inférieure à celle réalisée en année normale. Pour le moment, "les marchés ne réagissent pas trop", note-t-il.

Christophe Barget, président des EDT87 et gérant de la SARL Barget située au Vigen, raconte ce qu'il a observé sur le terrain. "On est en plein dans la moisson, dit-il. Nous intervenons dans un rayon de 100 km autour du siège de notre entreprise, sur des zones assez diversifiées. On constate que le rendement n'est pas bon. En orge, sur 250 ha battus, il va de 35 à 50 q/hectare contre 60 à 75 q/ha d'habitude. Le poids spécifique est cette année de 60 à 64 contre 70 à 72 en année normale", annonce-t-il.

Les pertes ne s'arrêtent pas là puisque la paille n'est pas non plus au rendez-vous. Toujours en orge, "on a environ 1,5 tonne de paille hectare, contre 5 en année normale", ajoute Christophe Barget. Si en blé la moisson n'a pas encore débuté sur le département, "a priori, ça va être catastrophique", note-t-il. Peu de grains et peu de paille sont là aussi attendus...

Les causes de ces faibles rendements sont à rapprocher des conditions de semis de l'automne 2019. "Les semis ont été tardifs, l'hiver a été doux puis le printemps très pluvieux", rappelle Christophe Barget. Certaines parcelles ont été ennoyées, ce qui a contrarié la bonne implantation des pieds. Derrière, "les 15 jours très secs avec un vent important pendant la floraison ont perturbé la pollinisation. Enfin, un gros "coup de chaud" sur les épis laiteux de pieds fragiles a provoqué de l'échaudage..."

Cette année, le dicton "année de foin année de rien" tend donc à se vérifier...

Dans la même thématique

À Limoges, dans la nuit du 29 au 30 juin, la Confédération Paysanne de Haute Vienne a remplacé un grand nombre de publicités par des affiches disant « Sauvez le climat, devenez paysan(ne) ».
Haute-Vienne
Des panneaux publicitaires détournés
Vendredi 24 juillet, une convention de partenariat a été signée à la préfecture entre le groupement de gendarmerie départemental et la Chambre d'agriculture de Haute-Vienne.
Haute-Vienne
L'important, c'est la coopération !