Agriculture

Des panneaux publicitaires détournés

Haute-Vienne
Action de la confédération paysanne : détournement de panneaux d'affichage publicitaire. "Sauvez le climat, devenez paysan-ne"
À Limoges, dans la nuit du 29 au 30 juin, la Confédération Paysanne de Haute Vienne a remplacé un grand nombre de publicités par des affiches disant « Sauvez le climat, devenez paysan(ne) ».

« Sauvez le climat, devenez paysan(ne) ». Par cette action sur les panneaux publicitaires limougeauds, la Confédération paysanne souhaite attirer l'attention des mangeurs et des mangeuses, ainsi que des médias et des élus sur un certain nombre de points.

L'urgence

Le retour à la quasi « normale » suite à la crise du Covid-19 signifie également le retour à un mode de vie qui nous condamne. Survivra-t-on dans un monde dont la température moyenne se sera élevée de 7 degrés en 2100 ? Avec 54 degrés à l'ombre en 2050 ? La disproportion des actions mises en place pour éviter la propagation du Covid-19 et le manque de réactivité face à la crise climatique est frappante. Si la première risquait de tuer des dizaines de milliers de personnes, l'horizon de la seconde est pour l'instant la disparition de l'humanité, ou en tout cas un effondrement de population comme on n'en a jamais connu dans l'Histoire. Pourtant, on voit que les secteurs qui sont aujourd'hui particulièrement aidés par l'État suite à la crise sanitaire sont ceux (hors agriculture et alimentation) qui sont les pires pour le climat : automobile, aviation, tourisme...

Climat et alimentation

L'agriculture et l'alimentation sont au centre de la question des émissions de gaz à effets de serre (GES), car elles représentent de 44 à 57 % du total lorsqu'on prend en compte les émissions liées au transport de l'alimentation, à la déforestation, l'emballage, la distribution ou encore les déchets. Une des mesures les plus importantes pour lutter contre les émissions de GES serait donc de réorienter massivement la production agricole vers une agriculture paysanne, locale et environnementalement vertueuse.«  Aujourd'hui la moitié des paysan(nes) partent à la retraite et il n'y a personne pour les remplacer alors que nous devrions prendre cette situation comme une chance pour la réorientation de notre agriculture ! Pourquoi ? La question du revenu agricole est probablement centrale dans la crise de la vocation qui s'étend sous nos yeux. Résultat, les terres partent à l'agrandissement et l'agriculture s'industrialise de plus en plus  », a constaté Thomas Gibert, porte-parole de la Confédération paysanne de Haute-Vienne, « alors qu'on aurait besoin de plus en plus de paysannes et paysans pour relocaliser l'alimentation et donc agir en profondeur sur le changement climatique ».

Pourquoi la publicité

La question climatique est intrinsèquement liée aux inégalités économiques. 50 % de la population mondiale ne produit que 10 % des émissions, alors qu'à l'inverse les 10 % les plus riches sont responsables de la moitié des émissions. La publicité a justement pour fonction de faire consommer plus en nous bombardant de plus de 3 000 messages publicitaires par jour, donc d'aggraver la crise climatique. Nous avons donc décidé, pour une fois, qu'elle pourrait servir à l'inverse.

Dans la même thématique

Pour la troisième réunion de la cellule de veille sur le loup, l'Institut de l'élevage a présenté les résultats de son étude sur la vulnérabilité des systèmes d'élevage en Limousin.
Haute-Vienne
Les spécificités locales confirmées
Cours en berne, sécheresse, Seymour Morsy a pris la mesure des difficultés de l'agriculture haut-viennoise lors d'une visite au GLBV.
Haute-Vienne
le préfet en visite au GLBV