Collectivités

Plus qu'un plan de relance

Haute-Vienne
Infographie département plan de relance.
Au sortir du confinement et à l'aube d'une crise financière, économique et sociale, le Conseil Départemental a présenté son plan de relance mardi 2 juin en séance plénière.

"À l'évidence, nous ne pourrons pas reprendre à l'identique tout ce que nous faisions avant. Nos plans de relance doivent donc aussi être des plans de transformation", a déclaré Jean-Claude Leblois lors de la séance plénière du mardi 2 juin. En effet cette séance post-confinement avait pour but de faire le bilan du plan d'urgence départemental mis en place pour faire face à la pandémie mais aussi de préciser les mesures proposées pour relancer le département. Ce ne sont pas moins de 31 M€ qui ont été débloqués pour faire face à cette situation.

Le président du Conseil départemental en est persuadé, les départements ont été la bonne maille pour surveiller la circulation du virus. Ils étaient "l'échelon indispensable". Il rappelle ainsi en préambule le plan de continuité d'activités assuré pendant le confinement : le report des manifestations culturelles, l'accueil des enfants des personnels soignants, la gestion de la voirie, le maintien des MDD sociales, le maintien des services du Laboratoire départemental d'analyses, la poursuite des missions de l'Atec... Tandis que les sites accueillant du public étaient fermés. Pour passer ensuite au plan de relance.

Un fonds d'appui pour les
entreprises

Pour faire face à l'absence de trésorerie et de liquidités, l'État et les Régions ont mis en place des fonds de solidarité permettant d'attribuer des prêts et des avances remboursables pour les entreprises. Mais face à l'ampleur des conséquences sociales à venir, les Départements aussi revendiquent la possibilité d'intervenir dans le domaine économique pour la durée de la crise. Dans ce contexte, le Département de la Haute-Vienne a répondu favorablement à la sollicitation de la CCI (Chambre de commerce et d'industrie) concernant un fonds d'appui départemental d'environ 800 000 € (dont 500 000 € apportés par le Département) géré par l'association interconsulaire et "qui permettra d'intervenir en complément des autres aides sur des très petites entreprises de moins de 10 salariés qui, si on les oublie, constitueront le bataillon des futurs sans-emploi et bénéficiaires du RSA".

Le tourisme de demain

"Notre département a une carte à jouer dans le tourisme de demain, circonscrit à un périmètre plus hexagonal", affirme le chef de l'exécutif. Afin de venir en aide à ce secteur fortement impacté par la crise, qui représente tout de même 5 000 emplois dans notre département et qui génère environ 169 millions d'euros en retombées économiques (chiffres 2018), les entreprises de l'hôtellerie et de la restauration, les campings et les centres équestres sont éligibles au fonds d'appui départemental.

Par ailleurs, une campagne de communication sera lancée sur la destination Haute-Vienne, "une destination ''nature'' accessible en termes de prix, centrale, loin du tourisme de masse et en capacité de proposer des activités de plein air appréciables après deux mois de confinement".

Aussi, "nous initions un ''dispositif mille mercis'' en direction des salariés des structures médico-sociales, ceux des associations d'aide humanitaire d'urgence et en direction de nos agents ayant connu un surcroît d'activité les exposant au Covid-19. Il prendra la forme d'un bon pour un repas, d'un montant de 30 euros, dans les restaurants partenaires de cette opération montée avec Haute-Vienne Tourisme. " L'ensemble des mesures économiques représente à ce jour la somme de 13 millions d'euros.

Des mesures d'ordre social

Des mesures d'ordre social sont également prévues dans le plan de relance départemental. À ce titre, Jean-Claude Leblois rappelle que pendant le confinement tous les droits sociaux ont été maintenus sans réexamen. Par ailleurs, "depuis le mois d'avril, les indemnités d'entretien des assistants familiaux ont été réévaluées de 90 euros par mois et par enfant. Les dotations aux services d'aide à domicile ont été maintenues malgré la baisse de leur activité. Une avance budgétaire a été faite aux Ehpad et aux établissements pour personnes handicapées pour faire face à leurs dépenses et à leurs besoins de trésorerie. Des matériels de protection ont été distribués aux associations d'aide d'urgence et une dotation exceptionnelle sera attribuée aux associations relevant de l'urgence alimentaire qui ont poursuivi leurs missions". Ces mesures représentent une dépense de 14,2 millions d'euros.

Des mesures destinées aux associations

Le secteur associatif souffre lui aussi de cette mise à l'arrêt. Pour l'accompagner, le Conseil départemental propose de libérer la part variable aux associations et aux clubs sportifs et de verser l'intégralité de leur subvention sans tenir compte des conventions d'objectifs ne pouvant être remplies : "Cette décision nous la leur devons, alors même que la situation budgétaire du Département et de l'évolution des dépenses de fonctionnement qui l'avait motivée n'est à ce jour pas connue."

Un fonds de soutien aux associations a également été voté en commission permanente pour les associations rencontrant des difficultés de trésorerie ou budgétaires liées à la crise sanitaire : "Cette aide prend la forme d'une avance de trésorerie, d'une avance sur les subventions à venir ou d'une aide exceptionnelle. Cet ensemble devrait représenter 1,5 million d'euros fléché sur nos associations."

Dans la même thématique

Relocaliser la filière cuir en Nouvelle-Aquitaine tel est l'objectif du projet Fecna proposé à l'assemblée départementale.
Haute-Vienne
Relocaliser la filière cuir