Agriculture

Partis de loin en termes de relation

France
Julien Bayou, secrétaire nationale d'Europe Écologie les Verts, et Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, lors des Controverses 2020, à Paris, maison de la Chimie.
Julien Bayou, secrétaire nationale d'EELV, a fait un pas en direction de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, qui a regretté les nombreuses positions de principe des Verts. 

Les échanges entre Julien Bayou, secrétaire national d'Europe Écologie les Verts (EELV), et Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, ont commencé sur quelques amabilités : "Je me réjouis de ce débat, on oppose souvent les agriculteurs et les écologistes, mais je suis convaincu que les écologistes sont les meilleurs alliés des agriculteurs", a commencé Julien Bayou. La présidente de la FNSEA ne l'a pas contredit, constatant pourtant que "les agriculteurs avaient une responsabilité environnementale supérieure à celui qui a trois bacs de tomates cerises sur son balcon".

Le thème retenu de cette Controverse était l'usage de l'eau. Le secrétaire national d'EELV a rapidement dénoncé "la privatisation de l'eau au profit d'une minorité", "les conflits d'usage" et a vivement critiqué la culture irriguée du maïs : "Ce n'est pas durable et c'est notre rôle de le dire."

Comme il avait pris l'exemple du barrage de Sivens, Christiane Lambert lui a redemandé combien d'agriculteurs ce projet de retenue d'eau concernait ? Julien Bayou avait avancé une trentaine de personnes. "Sivens, c'est 206 exploitations sur l'ensemble de la vallée", lui a rétorqué Christiane Lambert. Et d'enchaîner avec des chiffres plus généraux sur l'irrigation, rappelant que l'agriculteur n'était que le troisième utilisateur de cette ressource et que la surface irriguée en France représentait "moins de 6 % de la SAU (surface agricole utile). Si nous devons parler irrigation, parlons de l'irrigation telle qu'elle est aujourd'hui, pas comme elle était il y a vingt ans."

Une main tendue

"Vous nous avez noyés sous les chiffres", a calmement protesté Julien Bayou, avant de redire sa position : "Si on continue l'agriculture intensive, on ne s'en sortira pas. Quand j'entends stockage de l'eau, ça veut dire que ce n'est pas durable." Puis, s'écartant du thème retenu, il a évoqué la rémunération des agriculteurs pour les services écosystémiques rendus. Il a même avancé un financement : plutôt que de donner du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) à Carrefour, prenons 10 % de ces 20 milliards pour soutenir l'agriculture et les territoires. Le Vert a réitéré plusieurs fois sa proposition, Christiane Lambert refusant de lui répondre catégoriquement d'un "oui" ou d'un "non". "Je travaille avec tous ceux qui sont constructifs, lui a finalement répondu la présidente de la FNSEA, et qui voient que nous changeons. On part de loin en termes de relation avec vous, mais si EELV veut être constructif, je travaillerai avec vous et on peut se revoir très vite."

Dans la même thématique

La Chambre d'agriculture de Haute-Vienne met en place un nouveau dispositif de bons d'achat et de chèques-cadeaux afin de booster la consommation de produits locaux.
Haute-Vienne
Un chèque-cadeau pour manger fermier
Antony Feissat, en Gaec avec son père à Lavaud-Pacaud à Bessines, explique comment boucler un veau et prélever un bout de cartilage pour suivre la BVD dans son troupeau.
Haute-Vienne
Boucler n'est pas compliqué