Ancrer l'agriculture dans les ComCom

Signature de la convention à Villefavard, le 17 janvier.
Les Communautés de communes du Haut Limousin en Marche et de Gartempe Saint-Pardoux ont passé une convention avec la Chambre d'agriculture de Haute-Vienne.

Alimentation, installation, foncier, eau ou, évidemment, activité économique... L'agriculture est un enjeu majeur des communautés de communes en milieu rural. Ce que résume le président de la Chambre, Bertrand Venteau : « L'agriculture est une force économique pour le nord de la Haute-Vienne. » Des paroles qui ne pouvaient que séduire les deux présidents communautaires amenés à signer la convention liant les trois structures. Cette signature entre la chambre consulaire et les communautés de communes du Haut Limousin en Marche et de Gartempe Saint-Pardoux a eu lieu ce lundi 17 janvier, à Villefavard.

Le président de la Communauté de communes du Haut Limousin en Marche (Cchlem), Jean-François Perrin, a abondé dans le sens des propos de Bertrand Venteau en soulignant « l'importance de l'agriculture sur notre territoire ». Tout comme son comparse de la communauté de communes Gartempe Saint-Pardoux, Gérard Rumeau, qui a tout de même pointé des inquiétudes : « La part de l'agriculture dans notre économie est de 65 % mais nos agriculteurs sont vieillissants et nous faisons face à de nombreuses difficultés pour faire reprendre les exploitations. »

Projet alimentaire territorial

Faire face à la déprise agricole, déjà visible le long des routes, gérer les conflits de voisinage entre néoruraux et agriculteurs, parfois même entre agriculteurs, investir dans les projets d'ENR (énergies renouvelables) comme les éoliennes ou l'agrivoltaïsme, installer de nouveaux agriculteurs, permettre la reprise d'exploitation, redonner aux élus une visibilité sur la gestion du foncier... autant de sujets qui seront au cœur de cette convention.

Le Haut Limousin a lancé en 2019 un projet alimentaire territorial. « Nous aimerions faciliter les échanges entre les agriculteurs et les cantines », a ainsi expliqué Bertrand Paris, en charge de ce dossier au sein de la Cchlem. « Nous allons fournir une carte interactive de toutes les exploitations en vente directe sur le territoire », a révélé la directrice de la Chambre d'agriculture, Marie-Laure Varacher. Tout aussi concret, le "guide de bon voisinage" rédigé par la Chambre et dont la sortie est imminente sera mis à disposition des élus.

En fait, cette convention se veut un facilitateur de lien entre les deux communautés de communes et pour chaque interrogation ou action à mener, les coordonnées d'un agent de la Chambre d'agriculture de Haute-Vienne sont données.

Dans la même thématique

À l'occasion de son assemblée générale, le 31 mars à Limoges, la CDAAS s'interrogera sur le maillage territorial vétérinaire de la Haute-Vienne.
Y a-t-il un véto pour chaque éleveur ?
Lors de sa visite en Haute-Vienne, le président de la République a fait commandeur de l'Ordre national du mérite Robert Hébras, dernier survivant du massacre d'Oradour-sur-Glane.
Une dette et un chemin

Les dossiers