De la stabilité malgré peu d'attractivité

Évolution de la population entre 2013 et 2019 par département.
Les nouveaux chiffres de la population viennent d'être publiés par l'Insee. La population de la Haute-Vienne est assez stable malgré une faible attractivité du territoire manifeste.

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié les nouveaux chiffres de la population française. Ces statistiques sont basées sur les chiffres 2019.

Une population relativement stable en Haute-Vienne

Au niveau départemental, la Haute-Vienne compte 372 359 habitants au 1er janvier 2019, soit une baisse de 0,2 % depuis 2013.

Entre 2008 et 2019, le nombre de Haut-Viennois est stable, à l'image d'un solde naturel quasi équilibré entre naissances et décès durant cette période (- 0,2 % par an en moyenne). Pourtant, si la Haute-Vienne demeure en deçà d'une dynamique régionale positive, c'est avant tout en raison de son bilan migratoire. Avec un nombre d'arrivants équivalent à celui des départs (0 % par an en moyenne), le département se positionne comme le moins attractif de Nouvelle-Aquitaine durant la dernière décennie. Limoges bénéficie pourtant de son statut de ville universitaire pour attirer sur le territoire de nombreux jeunes majeurs. Pour autant, ces derniers ne s'y implantent pas de façon durable, et les départs sont massifs dans la tranche d'âge 25-35 ans, notamment parmi les actifs diplômés souhaitant accéder à des emplois correspondant à leur niveau de qualification. Le mouvement migratoire ne redevient légèrement favorable que passé l'âge de 35 ans.

Les domaines de la santé et du social occupent une place économique prépondérante au côté d'une industrie locale encore marquée par l'histoire de la porcelaine. Le secteur de l'agriculture représente 3 % des emplois (salariés ou non), la construction, 5,7 %, l'industrie, 12,3 %, le tertiaire non marchand 37,5 % et le tertiaire marchand 41 %.

Au 31 décembre 2019, on dénombre 143 800 emplois en Haute-Vienne, soit 5,9 % de l'emploi néoaquitain. Parmi eux, 126 900 sont des emplois salariés et 16 900 des non salariés.

Au nord et à l'est du département, l'accessibilité aux divers équipements collectifs (commerce alimentaire, médecine générale et spécialisée, services de nécessité, culture...) est réduite et la pauvreté accrue.

Le cap des 6 M dépassé en Nouvelle-Aquitaine

Qu'en est-il de la région Nouvelle-Aquitaine ? Au 1er janvier 2019, la Nouvelle-Aquitaine devient la troisième région la plus peuplée de France avec 6,01 millions d'habitants, soit 166 112 habitants de plus qu'en 2013. Les espaces ruraux, où réside la moitié des habitants, ne reflètent pas tous ce même dynamisme. Ainsi, la population diminue dans les communes rurales autonomes les plus éloignées des grands pôles d'emplois, alors qu'elle augmente dans les communes rurales sous influence des pôles.

Quant à la tendance générale nationale, elle montre une dégradation du solde naturel qui affaiblit le dynamisme démographique entre 2013 et 2019. En effet, au 1er janvier 2019, 66 988 000 personnes vivent en France hors Mayotte. Entre 2013 et 2019, la population augmente de 0,4 % par an en moyenne, soit 237 000 habitants supplémentaires chaque année.

Dans la même thématique

Jeudi 22 septembre, Fabienne Balussou, préfète de la Haute-Vienne, a tenu sa conférence de presse de rentrée. Parmi les grands thèmes, celui de la sécheresse alerte.
Sécheresse et transition écologique
Les Communautés de communes du Haut Limousin en Marche et de Gartempe Saint-Pardoux ont passé une convention avec la Chambre d'agriculture de Haute-Vienne.
Ancrer l'agriculture dans les ComCom

Les dossiers