Des vœux sous le signe de la Covid

En ce début d'année, la préfète de Haute-Vienne, Fabienne Balussou, et le président du Conseil départemental, Jean-Claude Leblois ont publié leurs vœux pour 2022.

En début d'année, les différents responsables politiques ou de collectivités aiment à dresser le bilan de l'année écoulée et les perspectives de celle qui démarre. Pour la deuxième fois consécutive, ces cérémonies de vœux sont empêchées par la Covid. C'est donc par voie de communiqué que les uns et les autres s'expriment.

Ainsi, la préfète de Haute-Vienne, Fabienne Balussou, a une pensée « pour celles et ceux qui ont été victimes de la maladie, pour ces familles qui ont perdu un être cher, et pour les Haut-Viennois qui ont été atteints par les effets économiques subis et sont inquiets pour leur avenir ». Évoquant la rudesse de 2021, Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental, s'alarme : « La crise sanitaire qui continue de bousculer notre quotidien nous a demandé de grandes capacités d'adaptation et les semaines à venir s'annoncent incertaines, ravivant les inquiétudes et suscitant un sentiment de fatigue généralisé ».

La préfète, arrivée depuis peu en Haute-Vienne, et le président du Département se félicitent tous deux de l'investissement de leurs services respectifs dans le cadre de cette lutte contre la Covid. Si Jean-Claude Leblois s'appuie sur « la solidarité qui constitue l'ADN de notre département », Fabienne Balussou évoque « la responsabilité collective (qui) permet d'avoir une couverture vaccinale de près de 80 % sur notre département ».

Le président du Conseil départemental rappelle qu'il s'apprête à lancer les Assises de l'autonomie « pour penser collectivement le futur de la prise en charge du vieillissement et le bien-être de nos aînés ». Il évoque d'autres chantiers à venir en 2022 avec la transition écologique. Pour Jean-Claude Leblois, « préserver notre ressource en eau est prioritaire. Nous devons organiser la solidarité entre les territoires amont et aval de la Vienne et entre les zones urbaines rurales ». Cette transition passe aussi par « un territoire zéro carbone », du coup, « nous poursuivrons nos politiques d'amélioration de la performance énergétique des logements ».

Quant à la préfète, elle se réjouit du Plan de relance qui a permis d'investir 200 millions d'euros en Haute-Vienne. « Quand des entreprises ont rénové leur outil de production, d'autres ont innové ou gagné des parts de marché à l'international, des centaines d'emplois ont été maintenus ou créés, le plan "1 jeune, 1 solution" a permis à des milliers de jeunes de bénéficier d'alternance ou de formation ».

Dans la même thématique

À l'occasion de son assemblée générale, le 31 mars à Limoges, la CDAAS s'interrogera sur le maillage territorial vétérinaire de la Haute-Vienne.
Y a-t-il un véto pour chaque éleveur ?

Les dossiers