Rafiot met le feu aux enchères

Rafiot top price RJ 012022
Les 12 et 13 janvier, les ventes de taureaux Espoirs et RJ ont su intéresser les éleveurs aussi bien dans le ring que via internet avec, à la clef, des bilans plutôt positifs. 

Jeudi, les éleveurs étaient présents dans le ring au pôle de Lanaud et en ligne pour assister à la deuxième vente de RJ de la campagne. La veille, le taux de participation était très correct malgré une moins grande affluence en présentiel. 

Dès le début, le ton a été donné, les enchères se sont envolées sous la baguette de Gilles Lequeux d'Interlim. Là, Rappeur, avec des origines Hirohito, très fin d'os, avec un poids de naissance de 35 kg atteint en un éclair la somme de 4 200 euros et rejoindra un élevage du Tarn. Suit Risotto, né au Gaec Robin-Vannier (71), avec des origines des Vosges, qui suscite un duel assez intense et est enlevé par un éleveur de Charente... Les choses suivent leur cours et quand Rafiot pénètre dans le ring, tout s'affole. Rafiot est né à l'EARL Rouchès en Aveyron. Ce fils de Marabou RR VS, né Gaec du Patural avec des origines Prolim, et d'une fille de Coluche dotée d'un Ivmat de 107 et notée 109 en lait, affiche une croissance de 128, un DM de 105 et un DS de 102. Longueur de bassin, largeur aux ischions et aux hanches, de très bons aplombs font qu'il "a une gueule très bien racée", conclut Gilles Lequeux. Et c'est parti. La mise aux enchères de 2 800 euros laisse bientôt la place à une bataille entre plusieurs acheteurs intéressés. Au bout du compte, de reconduite en reconduite, ce sont Daniel et Jérémy Desassure, en Gaec à Cheniers en Creuse, qui l'emportent pour la somme de 17 900 euros. 

Un choix d'investissement

"Nous avons fait ce choix car Rafiot correspond exactement à ce qu'on recherche en matière de développement squelettique et de développement musculaire. Il a des aplombs parfaits, de très bonnes qualités de race", indique Daniel Desassure. Et puis, "on en avait besoin, c'est compliqué de trouver le veau qu'on recherche, celui qui allie toutes les qualités. On se fait plaisir mais c'est aussi une stratégie d'investissement", ajoute-t-il.

Jérémy s'est installé en Gaec au 1er janvier 2021. L'exploitation, en agriculture biologique, compte 160 vaches mères et une SAU de 300 ha. Les bovins sont engraissés et quelques-uns partent pour la reproduction. La surface permet en outre la culture de céréales sur 35 ha et de maïs sur 25 ha afin de se rapprocher le plus possible de l'autonomie alimentaire.

Au final, sur les 50 RJ proposés à la vente, tous ont trouvé preneur pour un prix moyen de 5 664 euros. En plus de Rafiot, trois autres taureaux ont franchi la barre des 10 000 euros : Ramoneur, un fils de Newton Espoir sur Lecon RR qui part pour 12 800 euros en Pologne, Regal, fils de Nelson RJ sur Majorette RR, emporté 10 600 euros par un éleveur portugais, et Rythme, un fils de MMS RR sur Harmonie TA PS, enlevé 10 500 euros par un éleveur de Meurthe-et-Moselle.

La veille, 43 des 49 taureaux Espoirs ont été vendus pour un prix moyen de 3 063 euros. Le top price est emporté par Ravioli, lui aussi un fils de Marabou RR VS, qui part lui aussi en Creuse mais au Gaec de Montliard pour 5 200 euros.

Quant aux acheteurs étrangers, ils ont été très actifs et 11 Espoirs et 9 RJ rejoindront six pays différents.

Dans la même thématique

Vendredi 6 mai, Pascale Rodrigo, sous-préfère de Bellac-Rochechouart, s'est rendue sur une exploitation ovine afin d'échanger autour des thèmes chers aux éleveurs.
La conjoncture se complique
Sur le ring ovin du Sommet de l'élevage, le mercredi 5 octobre, six races rustiques des Massifs, à petits effectifs, ont été présentées au public.
Les races des Massifs se dévoilent

Les dossiers