Agriculture

Repérer les chaleurs et les problèmes

Haute-Vienne
Jean-Noël Beyrand
Bien détecter les chaleurs en production laitière et repérer les problèmes métaboliques est essentiel. Deux raisons qui ont poussé le Gaec Beyrand-Sabourdy à opter pour Sense Hub.

Le Gaec Beyrand-Sabourdy, situé aux Combes à Beynac, est tourné vers la production de lait et de bovins limousins. Surtout de lait puisqu'un troupeau de 220 vaches laitières prim'hostein (dont 190 à la traite en permanence) doit assurer une production d'1,8 million de litres de lait. Soixante génisses sont conservées chaque année. Trois salariés tournent en plus sur l'exploitation pour participer à la gestion de ce troupeau.

« On vient d'opter pour le monitoring Sense Hub fin novembre 2020 pour détecter à la fois les chaleurs, et donc inséminer au moment le plus opportun, mais aussi les problèmes de santé », indique Jean-Noël Beyrand.

Une antenne est installée autour des bâtiments et capte les informations recueillies sur les animaux équipés de collier. Elle est reliée par voie filaire à un pont wifi qui permet aux informations d'être réceptionnées sur l'ordinateur équipé du logiciel. Une application permet la consultation des données sur le téléphone portable. C'est simple : en cas d'alertes, des SMS et des notifications sont envoyés, les détails sont disponibles sur l'application.

Cet élevage dispose de 100 colliers ; 20 génisses et 80 vaches en sont équipées en permanence, les colliers passant des unes aux autres, en fonction des stades physiologiques. « On a posé les premiers colliers dès que le monitoring a été installé fin novembre, d'abord sur 20 génisses et sur les vaches supposées venir en chaleurs. Au bout de 8 jours, on a eu les premiers résultats. C'est assez rapide », note, satisfait, Jean-Noël Beyrand. « Les informations recueillies aident à mieux cibler le moment d'inséminer et de mieux gérer les retours en chaleurs. En effet, s'il y a un problème, trois semaines après la première IA, la courbe liée à l'animal nous en informe. Le collier est ainsi laissé jusqu'à la confirmation de la gestation », ajoute-t-il.

En prime, ce matériel connecté présente un autre intérêt : « S'il est posé avant le vêlage, il aide à repérer les fièvres de lait ou autres pathologies, des postes importants en production laitière », souligne Patrick Célerier, technicien à la CIAEL. Jean-Noël Beyrand acquiesce : « L'appareil repère les problèmes métaboliques 24 heures avant, du coup on peut anticiper et limiter les mammites par exemple. Notre élevage compte 200 bêtes à surveiller ; c'est beaucoup. Sense Hub est un bon complément pour optimiser leur gestion. »

Dans la même thématique

Depuis trois ans, Ecoovi a pris la tête de la Sodem, un outil d'abattage situé dans la Vienne. Faire en sorte de le conforter fait partie des enjeux actuels.
Haute-Vienne
Un outil d'aval qui se conforte
Afin d'avancer la date des premiers vêlages et d'augmenter le nombre d'inséminations au sein de son troupeau, Nicolas Coudert, éleveur à Séreilhac, a opté pour un monitoring.
Haute-Vienne
Intérêts multiples de réussir l'IA