Lutter contre les préjugés

Sophie Élizéon, déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti LGBT.
La déléguée interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti LGBT, Sophie Élizéon, a passé sa journée du 16 décembre à Limoges.

Il rêve de créer les plus belles perruques à proposer aux femmes atteintes d'un cancer et en pleine chimiothérapie. Pour allier deux mots qui lui tiennent à cœur : beauté et solidarité. Mais avant d'atteindre ce rêve, Djéby doit d'abord faire face aux discriminations. Au pluriel parce que « je suis noir et je suis gay ». Le jeune homme de 21 ans est ainsi à la croisée de ces préjugés qui peuvent empoisonner la vie de certains. Pour Djéby, ces discriminations se ressentent dans le monde du travail. Il l'a vécu alors qu'il était en bac pro hôtellerie-restauration lors d'un stage dans un restaurant où, seul noir, on lui donnait « toutes les corvées », ou encore lors d'un entretien d'embauche, toujours pour un restaurant, où, cette fois, c'est son « orientation sexuelle qui a posé problème ».

Pour le soutenir face à ces préjugés et pour organiser sa réorientation professionnelle vers les métiers de la beauté, Djéby est accompagné par la Mission locale de Limoges. Le 16 décembre, Sophie Élizéon, déléguée interministérielle à la lutte contre toutes formes de discrimination, est justement venue découvrir les lieux et les actions menées par la Mission locale. Elle a ainsi pu discuter avec Djéby de son quotidien.

« Je crois beaucoup aux Missions locales dans leur manière de prendre les jeunes dans leur ensemble pour les mener jusqu'au bout de la chaîne, vers les entreprises », s'est réjouie Sophie Élizéon. « Les questions de discrimination sont en effet notre quotidien », se désole le directeur de la Mission locale de Limoges, Paul Torrent. Et la structure s'y attaque à bras-le-corps à travers diverses actions.

Préjugix est le premier médicament anti-préjugés, créé en Nouvelle-Aquitaine, distribué en pharmacie. Il s'agit en fait d'une boîte dans laquelle les structures y mettent leur propre création. En Haute-Vienne, « nous avons rédigé une notice sur les apparences qui peuvent souvent être trompeuses », relate Régis Morrisson, chargé de relations employeurs à la Mission locale. Il a travaillé, entre autres, avec Pierre Raynaud, responsable emploi ouest France de l'agence d'intérim Adecco. « Avec Préjugix, nous avons pu former, ou plutôt "dé" former, nos recruteurs », plaisante Philippe Mazière, directeur général de Célios Conseil, une entreprise de services numériques très impliquée dans l'inclusion, notamment de travailleurs handicapés.

Enfin, la lutte contre les discriminations passe aussi par la culture. La déléguée interministérielle a ainsi pu découvrir la fresque dans le couloir de la Mission locale de Limoges. Comme l'a révélé Sonia Elambri, « dans le cadre d'une opération Quartier d'été, des jeunes ont travaillé avec l'artiste Séma Lao pour créer ces portraits de personnes pouvant être victimes de discrimination ». Des visages peints qui rêvent de ne pas être jugés sur leur apparence.

Dans la même thématique

Jeudi 22 juin avait lieu la séance plénière du département de la Haute-Vienne. Face au contexte actuel, le Département propose de nombreuses actions pour soutenir l'agriculture locale.
Le département soutient l'agriculture
La huitième édition des Portes du cuir s'est déroulée du 17 au 19 juin à Saint-Junien. L'occasion pour les différents responsables d'apporter leur soutien à une filière dynamique.
Une filière qui s'ancre de plus en plus

Les dossiers