Une version remastérisée

Les présidents de Limousin promotion et du herd-book limousin, Jean-Pierre Bonnet et Olivier Lasternas, en compagnie du commissaire général du Sana, Bruno Millet.
Le Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine se déroule du 21 au 29 mai dans le cadre de la Foire de Bordeaux. Avec Aquitanima, vaches et ovins de la région seront à l'honneur.

Il y a comme un parfum de retrouvailles qui fleure bon ce petit verre qu'on échange à la fin d'une belle journée. C'est peu de dire que les responsables d'Aquitanima et du Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine ont retrouvé le sourire. Bien sûr, pendant les deux années Covid, ils ont su faire preuve d'imagination pour proposer quand même une manifestation autour de l'agriculture régionale, d'abord 100 % digitale puis une formule hybride. Mais rencontrer les visiteurs en chair et en os pour un salon qui se veut un lieu d'échanges et de découverte des métiers de l'agriculture, c'est quand même essentiel. Olivier Lasternas, président du Herd-Book Limousin et vice-président du Sana, Jean-Pierre Bonnet, président de Limousin Promotion, et Bruno Millet, commissaire général du Sana ne boudaient pas leur plaisir de présenter cette édition 2022, au Pôle de Lanaud à Boisseuil, le jeudi 12 mai. « Nous sommes heureux de renouer avec le salon traditionnel », a ainsi confirmé Olivier Lasternas. Le Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine aura donc lieu du 21 au 29 mai dans le cadre de la Foire internationale de Bordeaux, au parc des expositions de la capitale régionale. Alors, un salon traditionnel, comme avant ? Pas tout à fait. « Nous avons profité de cette période et, pour 2022, nous avons rebattu les cartes », confirme le président du Herd-Book Limousin. En l'occurrence, c'est Aquitanima, la partie du Sana consacrée aux animaux, qui bénéficie de ces cartes rebattues. « Nous avons fait en sorte qu'il y ait des animaux durant toute la durée du salon, du premier au dernier jour », révèle Bruno Millet

Trois périodes

En clair, la période de neuf jours de salon a été divisée en trois. Les trois premiers jours sont donc consacrés aux limousines et aux blondes d'Aquitaine, les trois jours suivants aux races laitières avec, notamment le concours de prim'holstein, et aux ovins. Enfin les trois derniers jours seront dédiés aux races à faible effectif comme les charolaises, les salers, les parthenaises et les jersiaises. Surtout, ce sera la première fois que Bordeaux accueillera le concours national de la bazadaise, qui se déroulera le vendredi 27 mai, avec 110 à 120 bazadaises. Bien sûr, sans oublier les équins que le public pourra voir durant toute la durée du Sana.

Comme pour les précédentes éditions, le salon noue un partenariat fort avec les lycées agricoles de la région. Beaucoup de ces jeunes futurs agriculteurs ou salariés agricoles participeront aux traditionnels concours de jugement de bétail. « Nous trouvions que ces jeunes n'étaient pas suffisamment mis en avant, constate Olivier Lasternas. Du coup, le lundi, le challenge des jeunes pointeurs aura lieu sur le ring, en public. Pour eux, qui en plus aident les éleveurs tout le temps du salon, ce sera une véritable reconnaissance. »

C'est à partir du 24 que les ovins occuperont le hall 4 d'Aquitanima. « Les ovins, viande et lait, sont une production importante en Nouvelle-Aquitaine et deux jours leur seront consacrés les 24 et 26 mai », révèle Bruno Millet. La première sera dédiée à la production laitière, la seconde à la viande avec, dans les deux cas, des démonstrations et des présentations de races.

Le salon est donc plus que jamais une belle vitrine de l'élevage néoaquitain.

Dans la même thématique

À Saint-Léonard-de-Noblat, le président de la République a visité la Maison France Services puis le tiers lieu L'Escalier pour présenter sa politique de services publics.
Déconcentrer la fonction publique
À l'occasion de son assemblée générale, le 31 mars à Limoges, la CDAAS s'interrogera sur le maillage territorial vétérinaire de la Haute-Vienne.
Y a-t-il un véto pour chaque éleveur ?

Les dossiers