La tournée de Noël de la FDCuma

Remise de cadeaux FDCuma.
La Cuma de Saint-Priest-Taurion a offert une quinzaine de jouets à la garderie de la commune, le vendredi 17 décembre. C'était l'occasion de parler du métier d'agriculteur aux plus jeunes.

La tournée de remise de cadeaux de la FDCuma s'est poursuivie à Saint-Priest-Taurion, vendredi 17 décembre. Bernard Lauserie, vice-président de la FDCuma et adjoint au maire de Saint-Priest-Taurion, et Christian Seneque, président de la Cuma de Saint-Priest-Taurion, ont remis une quinzaine de cadeaux à la garderie de l'école maternelle de la commune. Au-delà de faire plaisir aux enfants à l'approche de Noël, « le but de l'action est de communiquer sur le métier d'agriculteur auprès des plus jeunes », explique Bernard Lauserie. Colette Rossander, maire de la commune, était très impatiente de voir la réaction des enfants.

Pour un soir de vacances, toute l'équipe était heureuse de voir de nombreux écoliers présents à la garderie. Ils ont eu le plaisir d'ouvrir à tour de rôle les mini-tractopelles, pelleteuses, les puzzles, les peluches et autres présents. « Le Père Noël est passé vous amener les cadeaux pour l'école, là ce sont les cadeaux pour la garderie », présente l'institutrice, suivi d'un « ouaaaais ! » collectif de la part des enfants. Bien sûr, ces derniers devront partager les jouets apportés mais c'est bien là le message que souhaitait faire passer la FDCuma : « L'intérêt est de leur expliquer en pratique le principe de la Cuma, on se partage le matériel, on s'organise, on se met d'accord », raconte Bernard Lauserie. L'objectif pour la FDCuma est de pouvoir réitérer des actions en milieu scolaire pour parler du métier d'agriculteur car « les enfants baignent dans le milieu agricole, le voient mais ne le connaissent pas », souligne Christian Seneque. Ce serait une première pour la commune de Saint-Priest-Taurion et Madame la maire en serait, a priori, enchantée.

Finalement, malgré une organisation de dernière minute, cette première tournée a aussi eu lieu à Flavignac, Saint-Paul, Châteauneuf-la-Forêt et Saint-Gence.

Dans la même thématique

Éric Bélingard, éleveur de bovins allaitants à Ladignac-le-Long, a présenté le 8 février sa conversion effective depuis 2018. Il diversifie ses circuits de commercialisation.
Du tout à l'herbe au bio
Le vendredi 18 mars, dès 14 h, 48 jeunes reproducteurs, avec ou sans cornes, seront proposés à la vente par GLBV-Sofrelim. Nicolas Coudert, éleveur à Séreilhac, en proposera un de chaque.
De bons veaux avec ou sans cornes

Les dossiers