L'adaptation des systèmes fourragers

Comme souvent lors des man
Comme souvent lors des man
Les semoirs directs, comme ici ce Novag, présentent les dernières innovations techniques.
La FDCuma de Corrèze, avec ses partenaires dont la Chambre d'agriculture de Corrèze, a organisé à Saint-Mexant, le 28 avril, un Mécaélevage consacré aux stocks fourragers.

De l'herbe, bien verte, parsemée de quelques fleurs de pissenlit... Un bien joli tableau bucolique que les éleveurs regardent bien autrement : ils y voient des stocks de fourrage, de la matière protéique, le moment de mener les bêtes à la pâture... Bref, pour une agriculture, une prairie, c'est d'abord et avant tout une richesse à valoriser. « Notre fil conducteur a été comment constituer un stock de fourrage en qualité et en quantité dès le printemps pour être capable de faire toute la campagne, y compris en cas d'été sec et chaud », souligne Marie-Hélène Herbert. C'est donc sur ce thème qu'a été organisé par la FDCuma de Corrèze le Mécaélevage qui a eu lieu le 28 avril à Saint-Mexant. Et ce thème a su attirer bien des visiteurs, avec des agriculteurs venus bien évidemment de Corrèze mais aussi des départements limitrophes, la Haute-Vienne, la Dordogne ou encore la Creuse.

« Nous avons décidé d'organiser un événement Méca en 2020 », se souvient la responsable de la FDCuma de Corrèze et coordinatrice de la manifestation. Les événements Méca sont organisés par les fédérations départementales conjointement avec le réseau national Cuma et le magazine Entraid' et en partenariat, pour cette fois-ci, avec la Chambre d'agriculture de la Corrèze, le Conseil départemental, la MSA du Limousin et Groupama d'Oc. « Nous nous y attelons depuis un an », se félicite Marie-Hélène Herbert, avec succès puisque le public était visiblement au rendez-vous. « Nous espérons 1 500 personnes », précise-t-elle.

Forum débat

Toute la journée a donc été consacrée à l'adaptation de son système fourrager aux aléas climatiques, avec en point d'orgue, dans l'après-midi, un forum débat sur le sujet avec les participations des agronomes François Hirissou et Konrad Schreiber, du climatologue Vincent Cailliez et du conseiller agricole Stéphane Martignac et d'éleveurs. Outre de nombreux stands de concessionnaires de matériels, d'organismes professionnels publics ou privés et de la Chambre d'agriculture de Corrèze qui présentait des travaux sur les alternatives à la paille, ce jeudi 28 avril était agrémenté de nombreuses animations liées au thème retenu.

Trois ateliers ont permis d'aborder la sécurisation des stocks de fourrage en cycle court ou moyen (jusqu'à trois ans), la valorisation des effluents d'élevage ou encore l'intégration du semis direct sur son exploitation. Mais ce qui distingue ces événements, ce sont ce que les organisateurs appellent des raids, autrement dit des démonstrations de matériels dont sont friands agriculteurs et cumistes. Le premier a été consacré au sursemis de prairie avec des semoirs directs, le second aux épandeurs à fumier.

Dans la même thématique

Christian Lafarge, élu président lors de la dernière assemblée générale, évoque les grandes lignes du projet que porte sa liste.
Impliquer tous les acteurs du terrain
Cécile Brunet Maisonnier, installée à Saint-Hilaire-Bonneval, allie élevage ovin et ferme pédagogique pour sensibiliser les petits et les grands à la nature et l'agriculture.
À la découverte de la vie à la ferme !

Les dossiers