Un cas de grippe aviaire en Haute-Vienne

basse-cour
Les foyers se multiplient ailleurs et un cas d'influenza aviaire a été détecté à La Chapelle-Montbrandeix en Haute-Vienne.

L'épidémie de grippe aviaire s'intensifie dans toute la France et dans plus d'une trentaine de pays européens. Au 12 avril, selon le ministère de l'Agriculture, la France recense 1 255 foyers confirmés. Et le Limousin n'est pas épargné avec 3 cas en Corrèze et un cas en Haute-Vienne.

Ce dernier foyer a été décelé en fin de semaine dernière, confirmé en début de semaine. Il s'agit d'un élevage de canard gras à La Chapelle-Montbrandeix. Les quelque 10 000 volatiles ont été abattus vendredi 9 avril. C'est l'éleveur lui-même qui a fait appel aux services de l'État après avoir constaté une perte d'appétit de ses canards. Cette commune est limitrophe de la Dordogne où, mardi, 18 foyers étaient recensés. Cette vague épidémique a été décelée en France pour la première fois au cours de cette campagne à la fin du mois de novembre, dans le Nord. En revanche, c'est à la mi-décembre que le Sud-Ouest a entamé un nouvel épisode d'influenza aviaire. Alors que l'épidémie semblait ralentir, elle a explosé fin février, en particulier en Vendée et dans les départements limitrophes.

Du coup, au 12 avril, la France compte 1 255 foyers et cas en élevage, 45 cas en faune sauvage et 24 cas en basses-cours.

Police sanitaire et prévention

Des mesures de police sanitaire sont prises chaque fois qu'un foyer est détecté pour prévenir toute diffusion du virus : abattage préventif des animaux dans un périmètre défini par arrêté préfectoral, désinfection des sites et interdiction des mouvements de volailles dans des zones de protection et de surveillance définies autour des foyers.

En revanche, des mesures de prévention sont applicables dans toute la France. Il s'agit de : mise à l'abri adaptée des volailles des élevages commerciaux et claustration ou mise sous filet des basses-cours ; interdiction de l'organisation de rassemblements et de la participation des volailles originaires des territoires concernés ; conditions renforcées pour le transport, l'introduction dans le milieu naturel de gibiers à plumes et l'utilisation d'appelants ; vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Dans la même thématique

En plus des gelées survenues début avril qui ont impacté une partie des vergers, la commercialisation de la récolte 2021 se heurte à de nombreuses difficultés.
Une conjoncture compliquée
Pascal Vincent, agriculteur à Saint-Paul, est très impliqué dans la méthanisation. Il revient sur les caractéristiques de la cogénération et de l'injection à travers deux exemples.
Une expérience qui se décline

Les dossiers