Halte aux idées reçues grâce à un jeu de l'oie

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)
Le jeu de l'oie des bêtises de François Lasserre et Roland Garrigue a pour envie de rétablir certaines vérités sur la nature.

"Si l'on te dit les taupes sont myopes... les moustiques sont attirés par la lumière... les mammifères ne pondent pas d'œufs... les bourdons sont les mâles des abeilles... [...] eh bien on te dit n'importe quoi !" C'est ainsi que débute le livre coécrit par François Lasserre et Roland Garrigue, paru chez Delachaux et Niestlé, intitulé Le jeu de l'oie des bêtises.

Quelques règles de base

Le ton est donc donné et toutes ces "bêtises", il est bien question de les réparer. Cela en 40 pages d'explications, drôles et très scientifiques, et un tableau de 63 cases, qui permettra de mieux comprendre la nature en jouant. Ce livre un peu particulier s'adresse aux enfants dès 7 ans et aux grands.

Avant de commencer, un rappel des règles du jeu s'impose. Il faudra un pion par joueur, qui se découpe sur le rabat de la couverture, et deux dés. L'objectif : arriver le premier sur la case 63 et découvrir, à chaque halte, des informations porteuses de "vérité". Bien sûr pour rendre le jeu plus drôle, des cases "spéciales" sont au rendez-vous. Une permet d'accélérer la vitesse, une autre, moins sympa, oblige à passer son tour. Deux cases nécessitent de se faire remplacer par un autre joueur pour être libéré tandis qu'une autre renvoie en arrière et une dernière tout au début...

Explications à la clé

Ce jeu n'est donc pas si simple que ça...

En prime, à chaque case est liée une explication disponible dans le livre. La première est la case "Oie" qui démystifie le fait que les oiseaux soient bêtes. "Bête comme une oie, avoir un QI de poule, une tête de linotte", toutes ces expressions sont démontées une à une. Il faut arriver sur la case 6, la case "vitesse" pour en savoir plus sur les serpents et leur légendaire lenteur... On continue et en case 13 voici l'étoile du berger qui en vérité est Vénus, une planète... Nous voilà en case 15 (on va doucement !) et la question du nombre de bosses du dromadaire se pose. Eh bien comme le chameau il en a deux, même si l'une d'elles est bien plus petite... Le jeu défile, on passe les épinards et leur teneur en fer, les serpents charmés par la flûte, les oisillons abandonnés par leur mère si quelqu'un les touche... et voici la case 25, où il s'agit des oreilles des hiboux et des chouettes ! Etc. Les questions sont nombreuses, les thématiques variés et si le jeu s'adresse à des enfants, il est fort à parier que même les grands éclaireront leur lanterne.

Les auteurs de ce livre-jeu se sont inspirés des "Infos sur la nature" afin de "rétablir certaines vérités". Parions que pour les gens qui oseront le tester cet objectif devienne réalité.

Dans la même thématique

L'Amoma 87, association des médaillés de l'ordre du Mérite agricole du département, a organisé début juillet un voyage à Paris à la découverte du Sénat et des jardins du Luxembourg.
Le Sénat, le palais et les jardins
Théo Chausse est un jeune musher qui a créé son entreprise, Skodenar, qui propose du cani-rando et du cani-kart dans les Monts de Blond.
L'appel des Monts de Blond

Les dossiers