Le Sénat, le palais et les jardins

La délégation de l'Amoma dans le magnifique escalier du Sénat.
La délégation de l'Amoma dans le magnifique escalier du Sénat.
Fontaine Médicis Luxembourg Paris
L'Amoma 87, association des médaillés de l'ordre du Mérite agricole du département, a organisé début juillet un voyage à Paris à la découverte du Sénat et des jardins du Luxembourg.

L'an dernier, les membres de l'Amoma 87 avaient visité l'Assemblée nationale, emmenées par Sophie Beaudouin-Hubière alors députée. Cette année, une visite du Sénat a été organisée avec le concours d'Isabelle Briquet, sénatrice en Haute-Vienne. "L'Amoma organise différentes activités sur l'année, certaines avec la Banque alimentaire, d'autres sont des sorties sur le terrain sur des exploitations agricoles, des entreprises forestières, toujours en lien avec la ruralité", explique Henri Jugy, son président. "Nous essayons aussi de montrer le fonctionnement des institutions, d'où les visites des deux chambres du Parlement", poursuit-il.

Le samedi 1er juillet, une dizaine de participants s'est donc retrouvée devant le palais du Luxembourg, rue de Vaugirard à Paris.

Une bibliothèque immense

"Le matin, nous avons visité le palais du Luxembourg avec Isabelle Briquet et un guide. Nous avons pu découvrir l'hémicycle, la bibliothèque, les archives... Isabelle Briquet nous a expliqué le fonctionnement de l'institution", explique Henri Jugy.

Le palais du Luxembourg a d'abord été une résidence royale, créée et aménagée à la demande de Marie de Médicis dans la première moitié du XXVIIe siècle. Peintures au plafond, boiseries, sculptures... tout est à foison. Ce palais est ensuite devenu une assemblée sous Napoléon 1er... Mais ce qui a interpellé Henri Jugy, c'est la bibliothèque. "Elle est immense avec des réserves encore plus immenses.. Les sénateurs viennent y faire des recherches ou bien simplement consulter la presse", note-t-il.

Après un déjeuner pris au restaurant du Sénat, la délégation est partie à la découverte des jardins du Luxembourg. Outre une dimension historique (ces jardins d'une surface de 24 ha ont été créés par Marie de Médicis au début du XXVIIe siècle, et d'ailleurs une fontaine porte son nom !) et culturelle (de nombreuses statues jalonnent les allées), les jardins ont un véritable intérêt sylvicole et botanique. "Christian Riboulet, un membre de l'Amoma qui était présent lors de cette visite, est expert forestier. Il avait travaillé sur ces jardins. Il a donc naturellement assuré la fonction de guide afin de nous faire découvrir ce parc et les nombreuses essences qu'il abrite", souligne Henri Jugy.

Après cette journée en totale "immersion", le président conclut alors : "C'était très instructif et très agréable."

Dans la même thématique

Avec l'application Haute-Vienne Explor Games, le Département veut mettre en valeur les sites touristiques haut-viennois comme la tourbière des Dauges à Saint-Léger-la-Montagne.
Chasse au trésor dans les Dauges
Théo Chausse est un jeune musher qui a créé son entreprise, Skodenar, qui propose du cani-rando et du cani-kart dans les Monts de Blond.
L'appel des Monts de Blond

Les dossiers