Un tracteur à se partager

saint-paul ecole
Le 16 décembre, les enfants en classe de maternelle à Saint-Paul ont reçu un joli tracteur à pédales de la part de la Cuma du secteur et des Établissements Rebeyrolles.

Les administrateurs de la FDCuma de Haute-Vienne ont eu une idée originale : récolter des jouets en lien avec l'agriculture, notamment le matériel, auprès des concessionnaires du département et les offrir à des écoles primaires. Cette année, cinq établissements sont concernés dont l'école de Saint-Paul.

La remise du fruit de la collecte y a eu lieu le jeudi 16 décembre en fin de matinée, à l'heure de la récréation plus exactement.

Un tracteur pour tous

Cédric Pusset, le directeur de l'école, a accueilli la délégation conduite par Josiane Rouchut, maire de la commune, accompagnée de Claudine Dehays, adjointe aux affaires scolaires, de Benjamin Vincent, Patrick Arnaud et Pierre Chabrely, tous trois membres de la Cuma de Saint-Paul. Le directeur s'est dit « un peu surpris » par cette initiative, mais a supposé que les enfants allaient être contents. Il faut dire que les agriculteurs leur apportaient ce jour-là un tracteur, un beau Valtra à pédales - dont la puissance sera fonction de chacun ! - qui a rejoint la cour des enfants de maternelle. Ni une ni deux, une fois dans la cour, un petit gars s'en est emparé, poursuivi par ses copains et copines avides d'essayer à leur tour ce bel engin.

« À la Cuma, nous avons opté pour un tracteur à pédales qui permettra aux enfants de maternelle de découvrir le matériel de manière ludique et collective, indique Benjamin Vincent, le président de la Cuma de Saint-Paul. C'est un Valtra, un jouet que nous ont offert les Établissements Rebeyrolles Frères, notre concessionnaire installé sur la commune de Saint-Paul, qui travaille aussi bien avec nous qu'avec la municipalité. »

Des partenariats plus sympas

Pierre Chabrely et Patrick Arnaud, tous deux membres de la Cuma, se sont aussi dits très satisfaits de cette initiative, d'autant plus « si ça peut susciter des vocations », ou bien simplement « apporter un éclairage sur le monde agricole qui ne fait pas que salir les routes ! », ont-ils souligné...

Josiane Rouchut a elle aussi salué cette idée qui « permet d'avoir des partenariats plus sympathiques en sensibilisant les enfants et les parents au métier d'agriculteur ». C'est une nouvelle initiative encouragée par la municipalité après la mise en place de la boucherie alimentée par des producteurs locaux. Claudine Dehays s'est quant à elle dite « très contente de cette action » d'autant que « ce sont les enfants qui en profitent », tout en donnant un éclairage positif au métier d'agriculteur. « De façon très locale, ce geste peut rapprocher. Mais avant tout, les enfants sont contents et c'est déjà bien », a conclu Cédric Pusset.

Cette initiative, qui est une première pour la FDCuma, sera, ils l'espèrent tous, reconduite dans d'autres écoles l'année prochaine et puis celles d'après, aussi longtemps peut-être que le Père Noël existera !

Dans la même thématique

Vendredi 10 et samedi 11 juin se tenaient les journées portes ouvertes du tiers lieu L'escalier à Saint-Léonard-de-Noblat. Dynamiser le territoire est au cœur des préoccupations de l'équipe.
Le numérique, un acteur du lien social
Les plantes invasives sont nombreuses. Afin de limiter leur prolifération, faire appel à de l'écopâturage est possible. C'est le cas au Palais-sur-Vienne où la renouée asiatique est légion.
Compter sur l'écopâturage

Les dossiers